dimanche 21 avril 2019

Résurrection, Triomphe de la Vie

Résurrection du Christ
Aujourd'hui, nous assistons au triomphe de la Vie. La vie divine en elle-même n'a pas été atteinte; seule la vie mortelle, la vie temporelle de Jésus est tombée sous les coups.

Qu'est cette fête de Pâques? Pourquoi l'Église met-elle sur nos lèvres le chant répété de l'Alleluia? C'est pour chanter le triomphe de la vie de Dieu, le triomphe pascal. En effet, la vie triomphe en Jésus: il sort du tombeau, son âme, son corps lui-même sont glorifiés. Ils seront désormais toujours glorifiés car le Christ ressuscité ne meurt plus. Il est toujours vivant de cette vie triomphante, éclatante, qui pénètre son corps d'une façon visible. Comme au Thabor, elle répand autour de lui le rayonnement de sa divinité, dont il n'a jamais été séparé; mais elle assure à toutes les molécules de son corps un triomphe et un éclat sans pareil.

Mystère divin, impénétrable, incompréhensible! Dieu a permis sa mort, il a livré son Verbe incarné aux assauts de l'enfer pour ce triomphe, pour être "la mort de cette mort", et assurer désormais le triomphe de la Vie.

Cette fête de Pâques, que nous célébrons aujourd'hui, est la fête centrale du mystère chrétien et de notre liturgie, parce qu'elle célèbre cette expansion et ce rayonnement de la vie divine jusqu'à la fin des temps.

Ce triomphe est le fondement de notre foi, car Jésus y a affirmé d'une façon éclatante sa divinité. Il est aussi le fondement de notre espérance, car cette vie qui déborde dans le Christ Jésus doit déborder également en chacune de nos âmes et dans tout le Corps mystique du Christ. Il est enfin le fondement de notre charité car, dans l'humanité régénérée, nos âmes de baptisés sont unies au Christ et entre elles par les liens de la charité qui n'est autre que la vie triomphante dans le Christ Jésus.

Considérons aussi la joie de la Sainte Vierge qui contemple le triomphe de la vie de Dieu dans son Christ Jésus, dont elle a porté le corps ensanglanté et mort au Calvaire. Quelle joie pour elle! joie de voir cette vie dans le Christ, de la voir rayonner dans toutes les âmes.

Extraits du livre : Jésus : contemplation du mystère pascal, Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus (bienheureux), Éditions du Carmel

samedi 20 avril 2019

Samedi Saint - Marie Espérance dans la nuit

Samedi Saint Carmel
Au pied de la croix, la Sainte Vierge était debout, douloureuse mais grande et forte...

… Ô Marie, vous êtes maintenant notre seule espérance vivante, et nous venons près de vous. … Vous êtes une reine, par votre majesté, par la noblesse de votre attitude, par la qualité de votre souffrance que vous portez noblement et surnaturellement!

Ô Vierge Marie, … vous entrez dans l'obscurité par la foi, vous y restez paisiblement dans l'espérance... Stabat Mater; vous restez debout, comme au Calvaire; vous gardez cette attitude dans la sérénité de votre âme. Nous venions auprès de vous pour vous consoler, et c'est vous qui nous parlez, qui nous instruisez par votre calme et votre paix, par la limpidité de votre pureté, par la puissance qui apparaît dans votre attitude.

Ô Vierge Marie, notre mère du Samedi Saint, marquez nos âmes de l'empreinte de cette journée; aidez-nous à conserver tout ce qui se dégage de vous à cette heure. Nous savions bien que vous étiez notre mère toute tendre, nous ne vous avions jamais vue si grande, si noble, si puissante, et en même temps si douloureuse. Quelle leçon pour nous! leçon de confiance, d'espérance en vous, leçon aussi pour notre conduite personnelle. Nous vous demandions hier de participer à votre maternité, c'était vous demander de participer à votre prière, à votre souffrance, à votre union à Jésus. Vous nous apprenez comment il faut porter ce poids de souffrance pour qu'il soit véritablement efficace, pour qu'il produise en nous la fécondité.
Descente de la Croix
C'est par cette foi nue, par cette espérance toute dépouillée que nous entrons dans le mystère pascal de la Résurrection. C'est ainsi que nous pourrons boire aux sources du Sauveur ressuscité, abondamment, à la mesure de notre espérance et surtout, ô Vierge Marie, à la mesure de sa miséricorde et de votre tendresse pour nous.

Ô Vierge Marie, demain, ce soir déjà, soyez mère pour nous, mère de la vie du Christ ressuscité! Soyez mère pour chacun d'entre nous, pour tous ceux que nous aimons, pour l'Église, pour le monde.

Extraits du livre : Jésus : contemplation du mystère pascal, Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus (bienheureux), Éditions du Carmel

vendredi 19 avril 2019

Neuvaine à la Divine Miséricorde

Divine Misericorde Carmes Fribourg
«Par sa mort sur la Croix, le Christ Jésus ouvre les écluses de la miséricorde paternelle pour tous ceux qui ont le courage d'embrasser la Croix et le Crucifié. En eux se déverse la lumière divine mais parce qu'elle réduit à rien tout ce qui la contrecarre, ils l'éprouvent d'abord comme nuit et mort. C'est la nuit obscure de la contemplation, la mort en croix du "vieil homme". » (Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix - Edith Stein)

(Edith Stein, Science de la Croix, ed. Cerf-Éditions du Carmel-Ad Solem, 2014, p. 416)
(Edith Stein S. Teresia Benedicta a Cruce O.C.D., La Science de la Croix, ed. Nauwelarts, 1957, p. 305)

La neuvaine à la Divine Miséricorde commence le Vendredi Saint, pour se terminer le jour de la fête de la Divine Miséricorde, le dimanche après Pâques.

     >> De plus amples informations sur ce lien <<

Illustration : oeuvre "Le Christ en Croix" de Francisco de Zurbarán, 1629

jeudi 18 avril 2019

Vendredi Saint

Crucifixion, Giotto

Jésus est cloué sur la croix


« ...et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » (Jn 12,32)

Les bourreaux se mettent à l’œuvre, ils ont l'habitude; en quelques instants, vous voilà fixé sur la croix. Les deux larrons sont aussi crucifiés. Les clous s'enfoncent dans les mains et dans les pieds, la croix est dressée.

Je vous adore, ô Jésus en croix. Vous dominez la foule, vous dominez le monde, non seulement le monde de votre temps mais celui de tous les temps. Vous êtes le grand spectacle: Jésus en croix. C'est de là que vous régnez, que vous régnerez.

Je vous adore, ô Jésus en croix, livre vivant, livre de la Passion, livre de votre triomphe et des triomphes de l'Église. Apprenez-moi le langage de cette croix. Elle est toujours scandale, elle est toujours folie. Même nous chrétiens, nous qui voulons vous suivre, nous avons de la peine à déchiffrer son langage, à recueillir ses leçons; nous avons de la peine surtout à en comprendre l'application à nos vies. Ce langage de la croix est cependant un langage universel, le langage de tout chrétien, de toute âme fidèle.

Jésus, laissez-moi vous considérer. Je reviendrai pour vous voir dans cet état, voir votre corps affaissé, votre poitrine oppressée, pour entendre aussi les blasphèmes, les ricanements de l'enfer de ceux qui voient dans votre crucifixion un triomphe.

Ô Jésus, je vous prie pour tous les crucifiés de tous les temps, pour ceux de notre époque. Expliquez-leur le langage de votre croix, de votre crucifixion.

« Père pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23, 34)

Extraits du livre : Jésus : contemplation du mystère pascal, Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus (bienheureux), Éditions du Carmel