mercredi 14 novembre 2018

14 nov. Fête de tous les Saints de notre Ordre

Saints du Carmel
Les saints ne sont pas forcément ceux qui ont fait des actions d'éclat: innombrables sont ceux qui, dans l'anonymat du cloître et la monotonie de la vie quotidienne, ont vécu sans bruit, parfois à l'insu de leurs frères et de leurs sœurs, les vertus et les conseils évangéliques jusqu'à l'héroïsme, ainsi que l'idéal de l'Ordre concrétisé par les vœux. Ils voient maintenant face à face ce Dieu qu'ils ont aimé et désiré.  

Oraisons de la messe

jeudi 8 novembre 2018

Sainte Élisabeth de la Trinité

Sainte Elisabeth de la TrinitéA l'occasion de la canonisation d’Élisabeth de la Trinité le 16 octobre 2016, le préposé général de notre Ordre, le RP Saverio Cannistrà, a rédigé une lettre proposant quelques clés pour relire les écrits d’Élisabeth afin d’en recueillir l’actualité. Voici les principaux chapitres de ce document de 11 pages :
  • Comment unifier notre vie?
  • La misère, lieu béni de la miséricorde
  • L’eucharistie est le Tout de la Trinité qui nous envahit
    • 1) En réalité, nous sommes une humanité de surcroît
    • 2) Devenir des personnes de communion, qui le rayonnent
    • 3) Vivre la souffrance comme une bénédiction
    • 4) Le temps est racheté
    • 5) Vivre « au-dedans » reconnaissants et connectés avec la vie véritable
  • Marie, modèle de l’écoute qui rend féconds
Le grand acte de la foi est de croire en cet immense amour que Dieu a pour nous (cf. Le Ciel dans la foi, 20)


Prières de sainte Élisabeth :

dimanche 4 novembre 2018

Bienheureuse Françoise d’Amboise 1427-1485

Bse Françoise d’Amboise Le 5 novembre, l’Ordre du Carmel et le diocèse de Nantes font mémoire de la Bienheureuse Françoise d’Amboise, duchesse de Bretagne, et introductrice des Moniales carmélites en France. (Cette mémoire est célébrée le 4 novembre dans l'Église de Dieu qui est en France.)

Née en 1427, Françoise d’Amboise fut élevée à la Cour de Bretagne entre le duc Jean V, grand admirateur de saint Yves et la duchesse Jeanne de France, disciple de saint Vincent Ferrier. Elle y fut mariée au second fils du Duc, Pierre, qui succédera à son frère aîné sur le trône ducal en 1450. A partir de son mariage, Françoise seconda efficacement son mari, l’empêchant notamment de céder aux seigneurs qui le poussaient à augmenter les impôts pesant sur le peuple, le secondant dans la charge du duché et lui inspirant intégralement les « Constitutions de Pierre II » dont l’article 26 instaura en particulier le premier système d’aide judiciaire, lequel fut étendu à la France par le Roi Henri II et perdura jusqu’à l’abolition des privilèges à la suite de la nuit du 4 août. Expliquant toujours que « Religion sans charité n’est que corps sans âme et fontaine sans eau », elle se distingua par l’aide qu’elle apportait aux pauvres. Les générations suivantes s’en souviendront jusqu’à chanter, lors de sa béatification en 1863 : « Ta main leur prodiguait l’aumône, ton cœur leur prodiguait l’amour ».

samedi 27 octobre 2018

Conférences d'Avent 2018

Conférences Avant Carmes Fribourg
  • 2 décembre : L'oraison, une histoire d'amitié
  • 9 décembre : Comment faire oraison?
  • 16 décembre : Quand l'oraison devient difficile
  • 23 décembre : La naissance de Dieu dans l'âme 

  • 17h : Conférence
  • 18h : Vêpres

Au couvent des Carmes de Fribourg